Publication de mon livre

Hier a eu lieu, au Cégep de Trois-Rivières, le lancement de mon livre, intitulé Le phénomène de l’expression artistique. Une reconstruction à partir des thèses de Maurice Merleau-Ponty – publié aux Éditions Nota bene (*). Ce livre, je le dédie à la mémoire de Joseph Nicolas Kaufmann (1941-2002), en souvenir de sa présence qui fut exceptionnelle.

Je me dois de préciser que c’est, pour moi, un très grand bonheur que le lancement de mon livre ait lieu alors que je suis nouvellement [été 2005]  professeur au Département de philosophie du Cégep de Trois-Rivières. Remettons les choses en perspective. Alors que j’avais fait mes études collégiales à Québec, c’est en considération de la qualité et de l’actualité du programme qu’on offrait à l’époque en philosophie à l’Université du Québec à Trois-Rivières que j’ai déménagé dans cette ville, pour y faire à la fois mon baccalauréat et ma maîtrise, que j’ai complétée en 2002. Ce fut le berceau de ma pensée, et le point de départ du déploiement de mon livre. À la suite de mes études, en compagnie de celle avec qui ma mémoire s’est tissée pendant 10 ans (jusqu’en octobre 2004), je suis retourné vivre à Québec (à Cap-Rouge [*paysage1 ; *paysage2 ]), en faisant un bref détour par Portneuf (*paysage), où je suis né. Au coin des pages, j’y reconnais des paysages. Aujourd’hui, alors que mon livre prend son envol, je suis, moi, depuis cet été, de retour à Trois-Rivières (*paysage). Cette coïncidence est pour moi un plaisir: c’est le lieu où mon livre a commencé à prendre forme. Et puis, il me faut le dire bien franchement, à mon arrivée au Département de philosophie du Cégep de Trois-Rivières, je m’y suis véritablement senti chez moi. C’est quelque chose de rare et précieux ! Un lieu d’équilibre entre légèreté et profondeur. Un Département hautement stimulant, dynamique et innovant – [mise à jour du 22 décembre 2005 : sans parler de l’émulation au sein de l’équipe de «Team Teaching» du HJ3 ]. Je crois profondément que Trois-Rivières est un terreau des plus fertiles pour une pensée vivante, pour la philosophie et la culture. Je le crois profondément.

Quelques mots sur mon essai philosophique. J’y interroge l’expression artistique, et tout particulièrement le cas de la peinture, en considération avec la question du langage et du sens. Il faut que je précise ici que l’un des points m’ayant semblé significatif lors de l’étude des travaux de Merleau-Ponty, c’est la découverte qu’il y a une interaction entre ses travaux philosophiques sur le langage et l’expressivité (notamment dans les arts) et son passage par la Sorbonne où il enseigna la psychologie de l’enfant et la pédagogie. Plutôt que de me limiter à un simple exposé théorique de cet aspect, il m’a semblé plus bénéfique de montrer l’importance de cette filiation tout en empruntant son parcours afin de poursuivre l’exploration de la pensée ainsi ouverte. Ceci m’amena à une critique détaillée de la vision purement instrumentale du langage et, de là, à une préoccupation renouvellée pour la compréhension des liens entre le langage, l’horizon des expériences, l’expressivité et la formation de la pensée.

Je laisse là, en suspends, ces quelques considérations sur mon ouvrage, et vous donne rendez-vous dans mon livre.

***
Lire aussi l’allocution prononcée par Guy Béliveau : Un jeune phénoménologue parmi nous. Je tiens d’ailleurs à remercier à nouveau Guy Béliveau pour sa consistante présentation de mon livre.

***
 

MÀJ : pour un premier contact avec la peinture de Paul Cézanne – qui déclarait que « peindre signifie penser avec son pinceau » – on peut consulter ce billet que j’ai écris.

***
Table des matières de mon livre, Le phénomène de l’expression artistique, aux Éditions Nota bene (ISBN 2-89518-167-5  /  EAN 9782895181675) :

Le phénomène de l'expression artistique (Table des matières 1).jpg Le phénomène de l'expression artistique (Table des matières 2).jpg


Extrait de la 4e de couverture :

Présentation de l’éditeur
Comment s’intègrent les motivations psychologiques, sociales et culturelles lors de réalisations expressives ? En quoi consistent les interactions entre le langage, la pensée et la perception et quels sont les impacts de ces interactions pour la compréhension du phénomène d’expression artistique ? Quelle est l’importance constitutive de notre «connivence au monde» et de notre appartenance à un «horizon de sens» dans ce phénomène ? Quel est le statut du sens des expressions et quelles sont les structures de sa dimension interprétative ? Ces questions, à l’intersection des investigations de la phénoménologie, de la philosophie de l’esprit et de la philosophie de la culture, sont ici abordées par Patrice Létourneau. Se dégage alors l’esquisse d’une conceptualisation touchant notamment à deux points majeurs liés à la problématique du sens. L’avènement du sens dans l’expression et une «causalité explicative» liée à cette émergence.


Biographie de l’auteur
Patrice Létourneau, né en 1975, est diplômé en philosophie. Soucieux des rapports de la phénoménologie avec les sciences tout autant qu’attentif aux arts et aux productions culturelles, il a consacré plusieurs conférences et travaux à ces thématiques.

Ce contenu a été publié dans Arts, Éducation, culture et société, Philosophie, Varia, et marqué avec , , , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

Commentaires

4 réponses à “Publication de mon livre”


  1. André Cotte
    9 novembre 2005
    @ 11 h 50 min

    Je ne crois pas que je puisse lire ton livre, ma philo est loin et les arts artistiques (comme disait un ancien maire de Montréal) ne sont pas mon point le plus fort.
    Mais je veux te dire Bravo! et longue carrière d’écrivain.


  2. Clément Laberge
    22 novembre 2005
    @ 0 h 37 min

    Les derniers événements et les boulversements qu’ils amènent dans ma vie m’ont empêché de lire ton livre jusqu’à présent, mais quand même, un gros bravo!
    Et dès que je pourrai le lire, en tout ou au moins de larges extraits, je te fais suivre mes commentaires.


  3. Guillaume Blanchard
    8 décembre 2005
    @ 1 h 16 min

    À André Cotte : Je dois avouer que mon vocabulaire philosophique déficient m’aurait fait abandonner la lecture de ce livre si je n’avais autant d’estime pour son auteur, mais mon insistance a été largement récompensée. En fait, j’ai revécu ce que Patrice décrit sur l’apprentissage du langage chez les enfants : des concepts initialement flous qui prennent peu à peu forme à mesure qu’on les éclaire sous des nouveaux angles. Je ne l’ai pas encore fini, mais une chose est sûr, j’ai déjà pris beaucoup de plaisir à connaître de nouveaux points de vue et à mettre des mots sur certaines de mes intuitions.


  4. Patrice Létourneau
    9 décembre 2005
    @ 23 h 50 min

    Merci beaucoup d’avoir laissé une trace ici Guillaume. Ton message me touche vraiment !

Laisser une réponse